ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Le Burkina-Faso vu par...


Christophe-André Frassa, Sénateur Représentant les Français établis hors de France

Je connais le Burkina Faso depuis maintenant plus de dix ans. J’y reviens régulièrement et j’y compte de nombreux amis. Mais, plutôt que de parler de ce beau pays que j’ai appris à aimer, je souhaiterais évoquer une expérience nouvelle, jusque-là rêvée et désormais concrétisée. Je pensais que je commençais, très modestement, à connaître un peu le Burkina. Il me manquait quelque chose pour parfaire mon attachement aux Pays des Hommes Intègres : vivre le FESPACO. Je n’aurais jamais imaginé que ce festival susciterait chez les Burkinabè un tel enthousiasme, une telle implication, une telle ferveur et que celle-ci serait communicative pour les étrangers qui y
participent. Je n’ai pas reconnu Ouagadougou, parce que la ville n’est plus elle-même lorsque le FESPACO installe ses calicots et ses affiches. J’ai aimé cette ambiance unique de Ouagadougou à cette période, la bonne humeur communicative de ses habitants et cet art de vivre « à l’africaine » un festival international, si déstressant pour un Européen, habitué aux festivals, forums, colloques où tout est millimétré, calibré, où aucune place n’est laissée à l’improvisation. Dès la cérémonie d’ouverture, le ton est donné. Un stade bondé, un gigantesque feu d’artifice -au propre comme au figuré- des gens en liesse dans les gradins et sur la pelouse et, surtout, une sensation de bien-être. On se dit : « je suis heureux d’être à Ouaga ! » Ensuite, c’est simple. On se laisse vivre au rythme des nombreux événements et rencontres, des joyeuses bousculades pour trouver un siège dans une des salles de projection trop petites pour contenir tout le monde et, lorsque la salle plonge dans le noir, on découvre un cinéma -tantôt ultra-réaliste, tantôt poétique- qui n’a hélas pas souvent droit au chapitre dans les salles des pays prétendument riches. Le FESPACO ne serait peut-être pas comme ça, s’il ne se passait pas au Burkina... Et surtout il y eut, en marge du festival, tous ces formidables moments d’amitié que j’ai passés grâce à Jean et toute l’équipe de l’Alliance francophone.
Vivre le FESPACO, ce fut ça pour moi. Ce fut vivre un Burkina que je ne connaissais pas encore.


Pj


Claudine Joseph,
Secrétaire Générale des Etats Généraux de la Culture

"C'est la quatrième fois que je me rends au Burkina Faso avec toujours le même plaisir de constater et de partager avec son Président Blaise Compaoré combien la culture est essentielle pour le développement de son pays. Tout d'abord le cinéma, une référence sur le Continent Africain avec le FESPACO devenu un pôle cinématographique mondial. J'ai as...
Lire la suite

Pascal Chaigneau,
Administrateur Général du C.E.D.S.

"Pendant que se déroulait le FESPACO, la médiation burkinabè déployait tous ses efforts pour obtenir un accord sur la Côte d'Ivoire.
Après les errements et les vicissitudes des accords de Marcoussis, de Kléber, d'Accra et de Prétoria, les accords de Ouagadougou offrent enfin une vraie lumière d'espoir pour une solution en Côte d'Ivoire. Du ...
Lire la suite

LE TEMPS (Quotidien Suisse)
« Réussir loin du mirage occidental »

Au "pays des hommes intègres", la société multiplie les initiatives pour trouver un modèle de développement fondé sur une gestion responsable, constate le quotidien suisse Le Temps.
Des feux épars dans la brousse. Lorsqu'on survole de nuit le Burkina Faso, on aperçoit à des kilomètres à la ronde les lumières d'Ouagadougou, la capitale, une ...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00