ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Voeux aux diplomates


Ouagadougou, 8 janvier 2010

Réponse de Blaise Compaoré aux voeux du corps diplomatique


Excellence Monsieur l'Ambassadeur Richard Kodjo, Doyen du corps diplomatique ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations internationales et interafricaines ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Dans un monde globalisé, les peuples s’épanouissent à travers une coopération internationale fondée sur les valeurs de respect mutuel, de solidarité et la recherche de réponses collectives aux préoccupations communes.

C’est pourquoi je souhaite que ces valeurs qui portent si précieusement les excellentes relations liant le Burkina Faso à vos Etats et institutions respectifs se consolident davantage pour la réalisation de notre ambition de bâtir un monde de paix et de progrès.

Les vœux chaleureux que vous venez de formuler à mon endroit, à celui de ma famille et du peuple burkinabè, sont l’expression de vos sentiments d’amitié et la marque profonde de considération pour le Burkina Faso.
Il me plaît en retour, au nom du Gouvernement, du peuple burkinabè et en mon nom propre, d’adresser à chacun de vous, aux souverains, aux Chefs d’Etat, ainsi qu’aux responsables des institutions que vous représentez honorablement dans mon pays, mes vœux de santé, de paix et de prospérité pour l’année 2010.

Mesdames, Messieurs ;

Le Burkina Faso a enregistré au cours de l’année 2009, des progrès significatifs qui ont été obtenus grâce aux efforts conjugués de toutes les composantes de notre société et à l’appui substantiel des partenaires au développement.

Ces avancées appréciables aux niveaux politique, socio-économique, culturel et sportif ont conforté le processus de croissance dans notre pays et permis de réduire l’impact de la crise mondiale sur la vie de nos populations.
Je vous réitère ma gratitude pour le soutien apporté aux initiatives du Gouvernement, dans la quête d’un mieux-être pour l’ensemble des couches sociales.

Je renouvelle aux Gouvernements de vos pays respectifs et aux organisations que vous représentez, mes sincères remerciements pour leur contribution inestimable dans la gestion des conséquences des inondations du 1er septembre 2009.

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;
Mesdames, Messieurs ;

Le Burkina Faso s’attèle à l’édification d’une société d’espérance fondée sur un Etat de droit, le raffermissement continu des libertés publiques et l’établissement d’une gouvernance vertueuse.
Il s’est par ailleurs consacré à la promotion de la paix et au soutien à de nouveaux espaces de dialogue essentiels à la vitalité de la coopération internationale.

Mesdames, Messieurs ;

Au cours de son mandat au Conseil de sécurité des Nations Unies, le Burkina Faso s’est investi pour la concrétisation de sa vision d’un monde de paix et de stabilité.

J’exprime ma reconnaissance aux pays amis dont la collaboration a été déterminante pour la réussite de notre mission à cette instance internationale.
Au niveau régional, notre action diplomatique s’est traduite par un engagement résolu dans toutes les initiatives de recherche de la paix en Afrique entreprises au sein du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, de la CEDEAO et des différents groupes internationaux de contact.
Je fonde l’espoir que la disponibilité des acteurs politiques guinéens à s’inspirer des propositions de la médiation contribuera à la conclusion d’un accord définitif sur les modalités d’une transition apaisée.

Nous espérons la levée des derniers obstacles à l’organisation, dans ce trimestre, d’élections libres, ouvertes et transparentes en République de Côte d’Ivoire et au Togo, aux fins de favoriser l’enracinement de la culture démocratique dans notre sous-région.



Mesdames, Messieurs ;

La question de la sécurité dans la zone sahélo-saharienne en proie aux attaques armées, à la multiplication des prises d’otages et à la recrudescence du trafic de drogue, devient une préoccupation majeure pour les Etats.

Nous devons restés mobilisés pour rechercher à travers une action internationale concertée, des solutions à même de restaurer la quiétude dans cette zone.

En outre, au delà de certaines évolutions positives, le besoin de consolidation de la paix au Soudan explique l’envoi au Darfour d’un bataillon militaire burkinabè pour la Mission hybride des Nations Unies et de l’Union africaine et la participation prochaine d’une unité de police civile aux opérations de maintien de la paix.

L’instabilité politique en Somalie exige également un engagement sans réserve de la communauté internationale auprès du Gouvernement fédéral de transition, en vue du rétablissement de la sécurité dans ce pays.

Mesdames, Messieurs ;
La prolifération des armes nucléaires exacerbe les clivages entre les grandes puissances et les pays émergents et crée un climat de tension susceptible de fragiliser les fondements de la sécurité internationale.

La participation du Burkina Faso à la réunion de haut niveau consacrée à cette question, a été l’occasion pour notre pays de réaffirmer son ferme attachement à la réduction des armes de destruction massive et son option pour le développement de l’énergie nucléaire à des fins civiles.

Je demeure convaincu que pour raffermir les processus démocratiques, impulser les dynamiques de progrès et préserver les équilibres régionaux, il importe de consolider les mécanismes de prévention des conflits, de recourir aux moyens pacifiques pour leur règlement et d’accélérer les processus d’intégration sous-régionaux.

Le renforcement de l’axe Ouagadougou-Yamoussoukro consacre une nouvelle étape dans le partenariat entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso et inaugure une voie pragmatique de rapprochement des peuples.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques;

Mesdames, Messieurs ;
La persistance des conflits dans le monde commande à la communauté internationale d’intensifier la mise en œuvre d’approches réalistes, mais surtout respectueuses des spécificités socioculturelles et du principe de coexistence pacifique si l’on veut parvenir à concilier les aspirations et les intérêts de toutes les parties dans les zones de conflit.

L’application de cette démarche s’impose à l’ensemble des nations du monde, notamment aux grandes puissances politiques et militaires, comme condition essentielle pour la construction de la paix et de la stabilité qui ne sauraient se réaliser dans la perspective d’une vision dominatrice.

Les crises politiques majeures du Moyen Orient et de l’Afghanistan nécessitent la mise en place d’un mécanisme international de dialogue inclusif et ouvert.

La réflexion sur les réformes du système des Nations unies doit être poursuivie pour une représentation juste et équitable de l’ensemble des régions du monde au Conseil de Sécurité.

Dans ce sens, la création de nouveaux sièges de membres permanents dans cet important organe est indispensable.
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques;

Mesdames, Messieurs ;

Au moment où la communauté internationale continue de s’interroger sur les moyens appropriés pour bâtir un monde de paix et de sécurité, la multiplication des catastrophes naturelles dues aux changements climatiques requiert également des réponses concertées et durables.

Dans cette perspective, la feuille de route de Copenhague est le témoignage d’une prise de conscience partagée.
Elle nous invite à l’action collective et responsable pour la sauvegarde des équilibres écologiques et la préservation de l’humanité car aucune nation, aussi forte soit-elle, ne saurait résister à l’effondrement de son écosystème.

L’accord issu des échanges constitue une base pour les négociations futures au cours desquelles l’Afrique appellera toujours les pays industrialisés à s’investir davantage dans la gestion des dommages créés par les émissions de gaz à effet de serre et à financer les politiques d’adaptation et de protection de l’environnement dans les pays les moins avancés.
Il convient donc d’adopter sans tarder une véritable fiscalité pour l’écologie à l’échelle internationale qui tienne compte des responsabilités de chaque pays dans la production de gaz polluants, de prendre des décisions plus hardies et contraignantes afin d’assurer un avenir serein aux générations présentes et futures.

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;

Mesdames, Messieurs ;

Au plan économique, les soubresauts qui caractérisent l’évolution du monde interpellent les Etats sur la nécessité de renforcer les règles du marché par la création d’un organisme international de sécurité économique.

Le Burkina Faso apprécie l’émergence du G20 et fonde l’espoir qu’elle préfigure l’avènement de cet organe de sécurité économique et contribue à une meilleure redistribution des richesses et la réalisation d’un développement humain durable.

L’amélioration de la qualité de vie des différentes couches sociales de nos populations doit s’appuyer sur leurs préoccupations réelles et des politiques économiques à même d’assurer la promotion de l’emploi et la protection du citoyen.

A ce titre, je salue l’adoption, lors du premier colloque africain sur le travail décent, de la feuille de route pour la mise en œuvre du pacte mondial pour l’emploi.

Cet engagement traduit le souci de l’ensemble des acteurs de répondre efficacement à la problématique du chômage et du sous emploi qui résulte d’une inégale répartition des gains de productivité.

Je me réjouis de constater que cette volonté est largement partagée au plan mondial.
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;
Mesdames, Messieurs ;

En rendant un hommage mérité à vos pays respectifs, aux organisations internationales, interafricaines et sous régionales dont les efforts soutenus participent grandement au développement économique, à la sécurité humaine et à la cohésion des nations, je réaffirme la disponibilité du Burkina Faso à demeurer un allié fidèle dans la construction d’un monde stable et prospère.
Bonne et heureuse année 2010 à toutes et à tous.

Je vous remercie.


Mimie Mathy, actrice …

« Je garderai du Burkina Faso l’image d’un pays qui bouge, d’une population qui œuvre pour vaincre la misère, de femmes et d’enfants au regard plein d’espoir, ce qui change des images misérabilistes que les télévisions diffusent en Europe… »

Lire la suite
Sharen Turney, CEO Victoria’s Secret

“We are immensely proud of our initiative in Burkina Faso and we are thrilled about the results so far…”
« Nous sommes immensément fiers de notre initiative au Burkina Faso et nous sommes particulièrement ravis par les résultats obtenus jusqu'ici… »
(NEWSWEEK - 14 Septembre 2009)
Lire la suite
Le Sénateur américain John Kerry
LE BURKINA FASO VU PAR …
Le Sénateur John Kerry, Président du Comité des relations internationales au Sénat américain
“Burkina Faso is proving that a country with limited resources can “punch above its weight” when it comes to making peace…”

«Le Burkina Faso démontre qu'un pays, même ...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00