ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

4ème EDITION DES JOURNEES DES COMMUNES


Koudougou, le 8 mai 2014

Mesdames et Messieurs les Maires ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

C’est avec un réel sentiment de joie que je m’associe à ces journées de réflexion collective et d’échange d’expériences entre élus locaux et partenaires institutionnels.

Les journées de la Commune dont nous célébrons la 14ème édition ont contribué sans aucun doute à fédérer les efforts, à donner une orientation et à rendre visible l’enracinement du processus de décentralisation dans notre pays.

La profondeur des réflexions qui en sortent, nous donnent des motifs légitimes de satisfaction et sont un support et un guide pour l’action collective.

La présente édition se tient au lendemain des élections couplées de 2012 dont une des conséquences fut le renouvellement des collèges des conseils de collectivité.

L’ampleur du renouvellement des équipes et la qualité des hommes et des femmes qui en sont issus, témoignent d’une part, de l’exigence plus forte d’une bonne gouvernance de proximité et d’autre part, de la prise de conscience des enjeux du développement local.

Je voudrais saisir l’opportunité de l’évènement de ce jour, pour adresser mes vives félicitations à tous les élus et leur présenter mes vœux de succès dans l’exercice de leurs mandats

C’est aussi l’occasion pour moi, de rendre un vibrant hommage à votre association des municipalités du Burkina Faso qui a su non seulement vous rassembler depuis sa création, mais qui s’est aussi indéniablement positionnée comme un acteur incontournable dans la recherche de meilleures réponses aux défis de renforcement de la démocratie et de promotion du développement à la base.

J’apprécie vos nombreuses initiatives individuelles et collectives visant la transformation qualitative de nos communes.

Elles répondent à notre ambition d’assurer une meilleure gestion des affaires locales, de réaliser le bien-être des populations et d’inscrire de façon durable, nos multiples actions dans une optique de développement territorial inclusif et endogène.

Mesdames et Messieurs les Maires ;

Chers élus locaux ;

Lorsque le 02 juin 1991 nous avons appelé le peuple Burkinabè à se prononcer par référendum sur le projet de constitution, l'une des principales innovations que nous voulions apporter à la gestion des affaires de l'État était la Décentralisation.

Ce choix politique qui s’est matérialisé par la création des Collectivités Territoriales, est pour nous et pour tous ceux qui croient aux vertus de la démocratie, la voie indiquée pour une participation citoyenne à l’essor économique et social de notre pays.

Ces Collectivités Territoriales sont devenues le socle de notre démocratie et le ferment des initiatives permettant de concevoir et de mettre en œuvre à l’échelon communal le développement local avec l’accompagnement du Gouvernement.

Cette nouvelle forme d’organisation du territoire qui implique l’ensemble des citoyens dans la gestion des affaires de l’Etat, permet la prise en compte des préoccupations réelles des populations et conforte la stabilité de notre pays.

Aujourd’hui, nous nous félicitons d’avoir ainsi posé les bases d’une gouvernance participative qui s’affirme d’année en année comme une réponse pertinente aux aspirations citoyennes dans le contexte de ce monde moderne aux exigences multiples.


Mesdames et Messieurs les Maires ;
Mesdames, Messieurs ;

Chers invités ;

La communalisation intégrale de notre territoire, consacrée par la constitution du 2 juin, procède de notre conviction qu’il ne peut y avoir de développement en phase avec les aspirations de notre peuple sans une implication des populations elles-mêmes.

Les Collectivités Territoriales sont ainsi un espace d’apprentissage et d’exercice de la démocratie, un creuset pour le développement participatif et un tremplin pour l’éducation à la citoyenneté.


Après deux décennies de pratique, nous nous devons de saluer les acquis de la décentralisation, notamment en termes d’accroissement des ressources mobilisées pour le développement local, de renforcement de la démocratie, de la participation citoyenne et de consolidation du partenariat entre les différentes parties prenantes ; mais nous nous devons aussi, de prendre la mesure des insuffisances observées et des nouveaux défis qu’il nous revient de relever ensemble.

Il s’agit de franchir de nouvelles frontières de la décentralisation, qui permettent aux populations de vivre davantage au quotidien, le bénéfice de l’action des communes en matière de développement local et de bien-être.

Je voudrais à cet égard vous exhorter à exploiter les canaux de l’inter-communalisation d’une part et d’autre part, de la coopération internationale décentralisée, afin de renforcer vos ressources et vos capacités d’action.

En effet, le développement de l’intercommunalité permettra à des communes relevant de la même zone géographique, de mutualiser et de rationaliser les fonctions qui leur sont dévolues.

Quant à la coopération internationale décentralisée, les flux d’aide y relatifs, connaissent une hausse continue au moment où ceux de la coopération classique se réduisent continuellement.

Cette forme de coopération possède par ailleurs, la vertu cardinale d’organiser la rencontre et la solidarité véritable des populations des pays concernés, à travers des interactions simples et efficaces entre leurs Collectivités Territoriales (Municipalités et Régions).
Je sais que nos Collectivités Territoriales, notamment nos Communes se sont depuis longtemps ouvertes, à ce types de coopération sous la forme de jumelages mutuellement bénéfiques, mais il s’agit aujourd’hui d’en amplifier la dynamique.




Mesdames, Messieurs ;

En m’associant à vos réflexions aujourd’hui, je suis venu vous saluer vos efforts, dans l’accompagnement des politiques publiques mises en œuvre par le Gouvernement.

Je suis venu aussi vous assurer d’un engagement plus fort du Gouvernement à vous soutenir pour non seulement consolider les nombreux acquis, mais aussi relever les nouveaux défis dans la quête d’une gouvernance vertueuse et bénéfique pour nos laborieuses populations.

Dans cette perspective, j’ai engagé le Gouvernement à travailler afin que notre volonté politique commune de réussir la décentralisation s’affirme à travers des décisions fortes.


Mesdames et Messieurs les élus ;

La gestion de notre développement et l’émergence de notre pays reposent sur une articulation harmonieuse entre d’une part, l’aménagement du territoire dont les pôles de croissance en création sont les vecteurs économiques et d’autre part, la décentralisation dont les Communes et les Régions sont les entités opérationnelles de base.

C’est dans ce sens que s’inscrit la restructuration institutionnelle qui associe ces deux paradigmes dans une même administration.


Dans le même ordre d’idée, j’ai décidé d’institutionnaliser ce cadre de rencontre avec les élus locaux que vous êtes.

Ainsi, tous les ans, à l’instar de ce qui se fait avec d’autres composantes de la société, nous tiendrons des assises de dialogue direct entre les élus locaux et le Président du Faso.


Mesdames et messieurs les Maires;

Dans vos positions d’acteurs premiers de la démocratie locale, alliant participation de tous et progrès de chacun, je vous invite à être les maîtres d'œuvre de la stabilité dans vos communes et partant au Burkina Faso.

Je vous invite à assumer avec engagement votre rôle de relai d’opinion entre les populations et les gouvernants, et être des hommes et des femmes de dialogue et de paix.


Le développement harmonieux, équilibré et partagé qui constitue l'essence de la Décentralisation, est à ce prix


Mesdames, Messieurs ;
Chers invités ;

Les défis à relever sont énormes et les attentes de nos populations très nombreuses.

Je voudrais donc vous engager à une détermination plus forte et courageuse pour élever le niveau de la qualité de la gouvernance locale à la hauteur des exigences que nous imposent nos ambitions en matière de réduction de la pauvreté, de fournitures de services publics en quantité et en qualité et de développement durable des territoires.

En vous souhaitant plein succès dans l’accomplissement de votre noble mission au service de la nation et un mandat fructueux à la tête de vos Communes respectives, je déclare ouverte les journées de la Commune, Koudougou 2014.

Je vous remercie




Michèle André,
Vice Présidente du Sénat (France)
20 ans après...

Michèle André,
Sénateure du Puy de Dôme (Clermont-Ferrand) et vice-présidente du sénat, Madame Michèle André a été ministre sous Michel Rocard dont elle fut la chargée des droits des Femmes de 1988 à 1991. Invitée à Ouagadougou en 1991 par l’Union des femmes du Burkina pour aider à inscrire dans la Constitution les droits des femmes, e...
Lire la suite

Le Professeur Jacques Barrat

Jacques Barrat
En tant que professeur de géopolitique (Université Panthéon-Assas Paris 2) et ancien diplomate, j’ai, je dois le dire, une admiration certaine pour l’action que le président Compaoré a menée ces dernières années. Pour moi, il est d’abord le président qui a su relancer la croissance burkinabè dans le contexte d’un pays stable,...
Lire la suite

Le Burkina Faso vu par...
Sari Suomalainen , Représentante de l'Union Européenne

En poste depuis trois ans au Burkina Faso, Madame Suomalainen, Chef de la Délégation de la Commission Européenne, s'est confiée au quotidien Sidwaya.
Au cours de ce long entretien la représentante de l'Union Européenne s'est exprimée sur les divers aspects de la vie économique, sociale et politique au Burkina Faso, sans langue de bois.
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00