ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

4ème FORUM PANAFRICAIN DE PARTAGE DES MEILLEURES PRATIQUES DANS LE DOMAINE DES TIC


11 octobre 2013

Discours du Président Blaise Compaoré…



Monsieur le secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications (UIT) ;

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions ;

Mesdames et Messieurs les Ministres en charge de l’économie numérique ;

Mesdames et Messieurs les experts ;

Distinguées personnalités du monde des Technologies de l’information de la communication (TIC) ;

Honorables invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Le développement prodigieux des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en Afrique, s’affirme comme un réel indicateur de la vitalité et du dynamisme des processus de transformation de nos sociétés.
Ce progrès illustre également l’ouverture accélérée de notre continent sur le reste du monde ainsi que l’extraordinaire attrait de cette culture nouvelle, qui s’impose comme un vecteur majeur du développement de nos pays.
C’est une réalité qui appelle de nos gouvernements, un engagement soutenu et une coopération étroite en faveur de la création d’un cyberespace sécurisé.

Aussi, le Burkina Faso, est-il honoré d’accueillir, à la fois, la réunion de la Coalition Internationale Contre les Cyber menaces (IMPACT), et le forum panafricain de partage des meilleures pratiques dans le domaine des TIC.

Mesdames, Messieurs ;

La tenue du forum panafricain de partage des meilleures pratiques dans le domaine des TIC, nous offre l’occasion de nous pencher une fois de plus, sur les exigences d’une société de l’information au socle solide, durable, à même de profiter aux générations présentes et futures.

La régularité observée dans la tenue de nos assises, dont celle de juin 2010 à Ouagadougou, témoigne de la qualité et de la vigueur de la coopération internationale engagée sur le continent africain en matière de TIC.

Je voudrais à cet égard, rendre un hommage particulier au Docteur Hamadoun TOURE, Secrétaire Général de l’Union Internationale des Télécommunications, qui a contribué par des innovations pertinentes à imprimer beaucoup de dynamisme à notre institution, dans le contexte de mise en œuvre des résolutions du Sommet Mondial de la Société de l’Information et des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Je réitère ma gratitude au Bureau de Développement des Télécommunications (BDT), pour la qualité de son accompagnement à l’organisation de ces importantes rencontres.

Distinguées personnalités du monde des TIC ;

Mesdames, Messieurs ;

La réflexion sur la thématique globale des TIC est une nécessité pour l’aboutissement des efforts de promotion d’une économie numérique saine, rentable et apte à impulser le progrès de nos nations.

Elle est essentielle pour l’établissement de voies fortement balisées et pleines d’espoir dans l’édification d’une société de l’information où tous les hommes et femmes peuvent créer, utiliser, promouvoir l’information et diffuser le savoir.

La construction de cet univers débarrassé de toute crainte et méfiance, est un impératif pour permettre aux individus et aux peuples d’exploiter l’énorme potentiel des Technologies de l’information et de la communication, pour leur développement et leur bien-être.

Les riches expériences menées par certains pays du continent sont à saluer, en ce qu’elles signent des succès qui confortent notre vision sur l’impérieuse nécessité de mettre en œuvre des politiques nationales volontaristes, articulées autour des enjeux suivants :

-la création d’un environnement juridique et institutionnel favorable ;
-la construction à grande échelle d’infrastructures de communication large bande ;
-la généralisation de l’usage des TIC dans tous les milieux socioprofessionnels et l’ensemble des couches de la société ;
- la consolidation de la coopération internationale dans le domaine des TIC.

Le Burkina Faso s’inscrit dans cette dynamique et a ainsi entrepris l’ouverture et la mise à disposition des usagers, des données publiques et numériques non nominatives, sous un format exploitable par les machines, afin de permettre aux citoyens, de les enrichir en permanence, d’accroître les performances de l’Administration et de créer ainsi, les conditions optimales de l’émergence.

Mesdames, Messieurs ;

Honorables invités ;
Les attaques criminelles dans le domaine des TIC, portent pour la plupart, sur les infrastructures essentielles dans les secteurs sensibles, dont les transports, les réseaux de communication électronique, les systèmes bancaires et financiers.

Ce fléau croissant appelle un combat unitaire et vigoureux pour la réduction des risques qu’il fait courir à l’économie et à la paix sociale.

Dans cette optique, les Gouvernements doivent continuer d’œuvrer au renforcement de la coopération en matière de lutte contre les cyber menaces aussi bien à l’échelle internationale qu’au sein de nos Etats, et à impliquer davantage le secteur privé dans les actions déployées.

C’est le lieu de relever et de saluer l’action de l’alliance entre l’Union internationale des télécommunications et le Partenariat Multilatéral contre les cyber menaces (IMPACT) face à la montée en puissance de ces périls, sur les plans de la fréquence des attaques, de l’étendue de l’espace géographique ciblé et de l’énormité des coûts qu’ils engendrent.

Mesdames, Messieurs ;

Le Burkina Faso s’est résolument engagé dans la préservation de son cyberespace, à travers l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan national de cyber sécurité, la création d’un Centre national de Cyber sécurité (CIRT) et de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI).

Il s’agit de bâtir un environnement de confiance dans l’utilisation des TIC au Burkina Faso, mais aussi et surtout, de promouvoir la Cyber paix, en référence aux principes édictés par l’UIT.

Mesdames et Messieurs les experts ;

Honorables invités ;

Mesdames, Messieurs ;

L’avenir socioculturel et économique de nos nations dépend de notre capacité à créer les conditions pour une exploitation judicieuse des inventions et innovations technologiques qui marquent l’évolution actuelle du monde.

Je forme le vœu que les réflexions qui seront menées dans le cadre de ces assises, apportent des réponses claires et pertinentes à l’enjeu fondamental de promotion d’un espace continental de cyber paix.

En souhaitant plein succès à nos travaux, je déclare ouvert le quatrième forum panafricain de partage des meilleures pratiques dans le domaine des TIC.

Je vous remercie.

Blaise COMPAORE
Président du Faso



Dominique Richard,
Député de Maine-et-Loire, Conseiller Régional des Pays de la Loire

« Le Burkina est, parmi les pays de la région, tout à fait particulier : il a toutes les raisons de se lamenter sur la multiplication des handicaps et des difficultés : absence de ressources naturelles, accès insécurisé à la mer du fait des situations togolaises et ivoiriennes, pression des Etats Unis sur le prix du coton, avancée du Sahel...
Lire la suite

Béchir Ben Yahmed,
Jeune Afrique l'Intelligent

« Si l'argent suffisait pour enclencher le développement, ou l'accélérer, les pays producteurs de pétrole, qui en disposent à profusion, se seraient développés plus vite que les autres. Or, les exemples du Nigeria, de la Libye et de bien d'autres pays « enrichis » par « l'or noir » prouvent le contraire. Comparons, par ailleurs, le Burkina, pauvre ...
Lire la suite

Le Professeur Pascal Chaigneau,
Administrateur Général du C.E.D.S

Seize ans après avoir vu les premiers plans de « Ouaga 2000 », il est impressionnant de constater les résultats qui sont sortis de terre. A cet égard, le Président Blaise Compaoré justifie pleinement le surnom de bâtisseur.
Participer aux premières Rencontres Internationales de Ouagadougou, « R.I.O. » a été l'occasion de constater à quel po...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00