ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

CONFERENCE DU PNUD ET DU JAPON EN MARGE DE LA TICAD V


Yokohama, le 01 Juin 2013,
Discours introductif du Président du Faso
«L’AFRIQUE EN MOUVEMENT»

Excellence Mesdames et Messieurs, Distingués invités

Avant tout propos, je voudrais au nom de ma délégation, saluer les efforts et les sacrifices consentis par le Gouvernement du Japon, pour honorer ses engagements pris dans le cadre de la TICAD depuis 20 ans.

Un tel sacrifice, témoigne de la volonté manifeste du Gouvernement japonais, à œuvrer dans le concert des Nations, pour assurer les bases d’une économie solide et durable, gage de l’émergence de sociétés inclusives et résilientes, de la paix et de la stabilité sur le continent africain.

La TICAD, vient conforter la promotion du partenariat «gagnant-gagnant» pour le Développement Durable expérimenté à l’échelle du continent africain. Ce partenariat, s’est traduit par la mise en œuvre de divers projets et programmes visant à accélérer le processus de développement en Afrique.

Au nombre de ces projets et programmes multilatéraux, nous retiendrons le dernier en date, à savoir le Programme d’Adaptation en Afrique, lancé en décembre 2008, avec pour but ultime de renforcer les capacités de 20 Etats africains, pour concevoir et mettre en œuvre des programmes holistiques d’adaptation climatique et de réduction des risques de catastrophe.

Par le canal de ce programme d’adaptation, ce sont 92 millions de dollars US qui ont été injectés par le Gouvernement du Japon dans 20 pays africains dont le Burkina Faso, en vue de relever les défis multiformes et complexes en matière d’adaptation aux changements climatiques.

A l’heure du bilan, il est indéniable que d’importants succès ont été enregistrés au niveau de chacun des 20 projets /pays. Sans nul doute, le principal mérite du Programme d’adaptation en Afrique consiste, d’avoir réussi à inscrire les risques climatiques dans les processus de planification dans les 20 pays à travers notamment l’acquisition de compétences techniques et d’outils indispensables à une planification stratégique sensible aux changements climatiques.

Après trois années de mise en œuvre au Burkina Faso, les actions entreprises par le projet ont produit des impacts significatifs.
Par exemple le Burkina Faso est parvenu à mettre en place des mécanismes en vue de favoriser la production de tendances climatiques à long terme pour servir d’outil d’aide à la décision.

Ainsi, les données climatiques rétrospectives des cinquante dernières années ont été analysées pour dégager les tendances climatiques spécifiques aux zones climatiques du Burkina. Ensuite, des informations prospectives ont été obtenues à partir des projections climatiques sur la période 2021-2050.

Il s’agit d’une avancée significative pour notre pays car, dorénavant, les services en charge de la météorologie produisent l’information climatique et agro météorologique et fournissent aux producteurs les conseils en temps réel pour faciliter une prise de décision pendant la campagne agricole.

A travers ces différents impacts positifs, il est indéniable que le Programme d’Adaptation en Afrique a enregistré des acquis évidents. Il reste cependant à les conforter dans un souci de garantir la durabilité des bonnes pratiques qui en découlent.

Nous osons espérer, qu’avec le nouveau plan d’action de Yokohama et la stratégie de la TICAD V pour un développement résilient à faible émission de carbone, les Africains, main dans la main, seront plus aptes à s’engager avec foi, détermination pour relever les défis liés à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, à la démocratie et à la bonne gouvernance, gage de paix et de stabilité pour une Afrique plus dynamique.

Puisse ce partenariat entre le Japon et l’Afrique, contribuer à édifier des sociétés africaines inclusives et résilientes, à économies fortes et durables pour le bien-être des générations actuelles et futures.


Je vous remercie

Yokohama, le 01 Juin 2013,
Blaise COMPAORE
Président du Faso





Le CIAN (Conseil des Investisseurs en Afrique Noire)

Selon le CIAN les piliers de l’économie burkinabè restent et demeurent les télécommunications, la sécurité, le secteur bancaire ainsi que sa légendaire qualité de main d’oeuvre. Deux points faibles en revanche, le coût de l’énergie et l’importance du secteur informel (pourtant considérablement réduit ces dernières années). <...
Lire la suite

Pierre Protar
Ancien Ambassadeur de la Communauté Européenne

« Le Burkina Faso : un exemple de volontarisme et de bonne gouvernance Voilà un pays qui reste déterminé à avancer sur la voie difficile du développement. A cet égard, les exemples sont nombreux, éloquents, les chantiers se multiplient, notamment en vue de diversifier l'économie burkinabè dont la dépendance à l'égard du coton présente des risques p...
Lire la suite

Nina Montagné
19 ans, Etudiante de 2e année (Arts du spectacle) Université de Paris VIII

« Je ne connaissais pas l'Afrique. Au premier abord cette rencontre fut pour moi, certes, étrange et dépaysante, mais si enthousiasmante ! Ici, dès le premier abord, ce fut presque dérangeant, inconnu, trop étrange, totalement dépaysant mais d'autant plus enthousiasmant. Du Nord au Sud, des dunes désertiques du Sahel aux végétations luxuriantes de ...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00