ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

17ème CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE BERLIN


Berlin, le 14 juin 2012


Excellence Monsieur le Président de la République Fédérale d’Allemagne ;
 
Madame la Chancelière ;
 
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement Fédéral ;
 
Honorables Membres de l’Assemblée Nationale Allemande et des Parlements des Länder ;
Eminentes Personnalités du monde religieux ;
 
Distingués invités;
 
Mesdames, Messieurs ;
 
Je voudrais ouvrir mon intervention, en exprimant à Son Excellence Monsieur le Président de la République Fédérale d’Allemagne, à Madame la Chancelière, aux Autorités de la ville de Berlin et au peuple allemand, ma profonde gratitude, pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité généreuse qui ont été réservés à ma personne ainsi qu’à la délégation qui m’accompagne.
Je voudrais aussi dire l’honneur et le plaisir que je ressens de partager les réflexions de cette Auguste Assemblée sur la thématique majeure et pertinente à savoir « Notre responsabilité devant Dieu et les hommes pour la promotion de la paix et de la solidarité entre les peuples ».
Mesdames, Messieurs ;
 
Aujourd’hui, de nombreuses et vastes régions du monde connaissent des conflits armés, avec de lourdes conséquences sur des communautés entières, victimes de violences physiques et morales, condamnées à vivre en permanence dans la peur et l’incertitude des lendemains.
 
Il est frappant d’observer que la géographie des conflits épouse celle de la pauvreté humaine et forme avec elle un véritable cercle vicieux.
La multiplication des crises politiques et sociales, l’aggravation de la pauvreté et des inégalités, les déficits de gouvernance démocratique sont à l’origine des tensions de toutes sortes qui à leur tour amplifient les difficultés économiques et durcissent les conditions de vie des populations.
 
Cette situation est rendue complexe par l’apparition de fléaux nouveaux liés aux effets des changements climatiques sur les productions agricoles, la destruction des écosystèmes, l’épuisement des ressources naturelles et engage la responsabilité ainsi que le sens de la mesure des hommes et des femmes.
 
Elle nous interpelle tous sur notre devoir d’appropriation et d’observance des messages contenus dans les textes sacrés.
 
Aussi devons-nous unir davantage nos efforts et notre imagination afin de bâtir une humanité sécurisée et solidaire.
Mesdames, Messieurs ;
 
Dans le monde actuel, les destins des peuples sont plus que jamais liés et leur devenir nous incombe à tous.
 
A ce titre, l’exhortation chrétienne à la promotion d’une fraternité universelle, le « shalom » juif, tout comme le « salam-alléikoum »  arabo-musulman ainsi que le salut dans d’autres communautés religieuses, exprimant avant tout une bénédiction, un souhait d’harmonie, de paix partagée, revêtent un sens profond.
 
Certes, des avancées significatives ont été réalisées dans la restauration et la consolidation de la paix dans plusieurs régions du monde, mais le constat actuel des conflits et drames qui surviennent ou perdurent, nous indique que chaque progrès accompli en exige un autre.
Il s’agit alors d’œuvrer ensemble, suivant une approche holistique à l’édification d’un monde de paix et de solidarité dont les fondements sont :
Ø    la culture de la prévention des conflits et de la préservation de la paix dans notre comportement quotidien d’homme et de décideur ;
Ø    le renforcement de la connaissance, de l’acceptation de l’autre, de l’esprit de tolérance et du respect de la dignité humaine ;
Ø    la promotion d’une gouvernance économique et politique mondiale inclusive, juste et équitable.
 
 
Honorables Députés à l’Assemblée Nationale Allemande et aux Parlements des Länder ;
 
Distinguées Personnalités ;
Mesdames, Messieurs ;
 
Au-delà de la profonde spiritualité dont est chargé le thème de notre conférence, il s’agit pour nous de poser un important jalon dans la quête d’une humanité pacifiée et stable.
C’est pourquoi je félicite les autorités politiques et religieuses de la République Fédérale d’Allemagne pour l’organisation des présentes assises.
 
Cette initiative s’ajoute aux nombreuses actions concrètes des dirigeants allemands dans diverses circonstances, en référence à leur attachement à la recherche et à la consolidation de la paix dans le monde.
 
Excellence Monsieur le Président de la République Fédérale d’Allemagne ;
 
Madame la Chancelière ;
 
Honorables Membres de l’Assemblée Nationale Allemande et des Parlements des Länder ;
 
Eminentes Personnalités du monde religieux ;
 
Mesdames, Messieurs ;
 
L’engagement du Burkina Faso dans la résolution des crises politiques en Afrique se fonde sur notre conviction, que seule le dialogue est source de compréhension mutuelle et peut permettre le règlement pacifique des différends.
Les résultats appréciables obtenus dans le rétablissement de la confiance et la réconciliation entre les parties en conflit dans certains pays d’Afrique de l’ouest, témoignent des vertus immenses des médiations que nous avons conduites en coopération avec la communauté africaine et internationale.
A l’occasion de ces médiations, j’ai été conforté dans mes convictions que la foi en Dieu permet aux hommes de transcender les divisions, retrouver de l’humanisme, le sens de l’apaisement, du pardon et de la fraternité.
 
Je salue le rôle important des responsables religieux qui, guidés par les enseignements des saintes écritures et le dialogue fécond entre les croyances, ont été aux premiers rangs dans l’accompagnement de notre mission de restauration de la paix et de la stabilité, notamment au Togo, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Conakry et plus récemment dans la recherche de solutions à la crise malienne.
 
L’ouverture d’esprit des chefs religieux, leur influence en tant que relais d’opinions et leurs vastes connaissances  ont aidé à éviter les lectures et les interprétations réductrices des livres révélés qui alimentent tous les intégrismes, source de remise en cause de la paix et de la cohésion sociales.
Mesdames, Messieurs ;
 
S’agissant de mon pays, je puis témoigner, de la grande contribution des leaders religieux dans la consolidation de la paix, des valeurs de fraternité et de cohésion qui font la fierté de notre peuple.
Dès le début des années 1990, les responsables religieux ont animé et dirigé les commissions électorales nationales indépendantes, dont l’action a été déterminante dans les succès de notre transition démocratique.
 
Le  leadership exemplaire de ces éminentes personnalités a été particulièrement utile dans les processus de réconciliation, à chaque fois que notre nation a été affectée par de fortes secousses sociopolitiques.
 
 
Ce rôle s’est illustré dans l’institution le 30 mars de chaque année, de la Journée Nationale du Pardon, et la tenue des rencontres avec toutes les composantes de la société burkinabè, des concertations sur les réformes politiques et institutionnelles indispensables à l’amélioration continue de la qualité de la gouvernance politique.
Les religieux sont aussi parties prenantes aux structures de veille et de conseils sur la vie de notre société telles que le Collège des Sages, le Comité National d’Ethique et le Conseil Economique et Social.
 
Excellence Monsieur le Président de la République Fédérale d’Allemagne ;
 
Madame la Chancelière ;
 
Honorables Membres de l’Assemblée Nationale Allemande et des Parlements des Länder ;
 
Eminentes Personnalités du monde religieux ;
 
Mesdames, Messieurs ;
La crise de civilisation que nous traversons, ou crise de la modernité nous impose de construire de nouveaux modèles sociaux pacifiques organisés autour de :
Ø    l’élévation de la responsabilité des leaders politiques, des chefs religieux et des peuples dans la promotion de la paix ;
Ø    la réalisation de nouvelles solidarités par le biais de la bonne gouvernance ;
Ø    la multiplication des actions et pensées en faveur de la paix et de la solidarité au niveau international.
 
L’engagement effectif de toutes les confessions religieuses à la démarche chrétienne qui se réaffirme ici, traduit l’aspiration des peuples à une paix durable à l’échelle planétaire et constitue un gage de succès.
 
Pour sa part, le Burkina Faso continuera de s’investir pour la paix, la sécurité, la solidarité au sein et entre les nations.
Honorables Membres de l’Assemblée Nationale Allemande et des Parlements des Länder ;
 
Mesdames, Messieurs ;
 
Avant de clore mon propos, je réitère au Gouvernement et au peuple allemands ma reconnaissance pour leur disponibilité et leur engagement en faveur d’une coopération harmonieuse et fructueuse entre la République Fédérale d’Allemagne et le Burkina Faso.
 
Je vous remercie



Le Professeur Ali Smaoui
Gafsa - Tunisie

« Le Burkina Faso, ce pays enclavé et réputé très pauvre économiquement, est assurément l'un des plus charmants et attachants sur le plan humain. La cordialité, l'hospitalité et les sourires spontanés des burkinabè valent en eux mêmes un trésor inestimable. Ce sont des gens travailleurs, optimistes et fiers de leur pays.
J'ai eu la chance d...
Lire la suite

Le CIAN (Conseil des Investisseurs en Afrique Noire)

Selon le CIAN les piliers de l’économie burkinabè restent et demeurent les télécommunications, la sécurité, le secteur bancaire ainsi que sa légendaire qualité de main d’oeuvre. Deux points faibles en revanche, le coût de l’énergie et l’importance du secteur informel (pourtant considérablement réduit ces dernières années). <...
Lire la suite

Pierre Protar
Ancien Ambassadeur de la Communauté Européenne

« Le Burkina Faso : un exemple de volontarisme et de bonne gouvernance Voilà un pays qui reste déterminé à avancer sur la voie difficile du développement. A cet égard, les exemples sont nombreux, éloquents, les chantiers se multiplient, notamment en vue de diversifier l'économie burkinabè dont la dépendance à l'égard du coton présente des risques p...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00