ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Réponse aux voeux du corps diplomatique


Ouagadougou, le 12 janvier 2012

DISCOURS DE BLAISE COMPAORE EN REPONSE AUX VŒUX DU CORPS DIPLOMATIQUE


Monseigneur Vito Rallo, Nonce Apostolique, Doyen du Corps diplomatique ;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques ;

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;

Honorables invités ; Mesdames, Messieurs ;

J’ai été particulièrement sensible aux paroles aimables, empreintes de sagesse et d’amitié ainsi qu’aux vœux chaleureux formulés à mon endroit, à celui de ma famille et de la nation burkinabè tout entière.

En retour, je souhaite pour vous-même et l’ensemble de vos collaborateurs, une année 2012 de bonne santé et de succès dans l’accomplissement de vos missions.

Je réitère mes salutations cordiales et mes meilleurs souhaits aux Souverains, aux Chefs d’Etat et de Gouvernement, aux éminents dirigeants des différentes institutions et organisations que vous représentez avec fierté et dévouement.

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques ;

Mesdames, Messieurs ;

La présente cérémonie d’échanges de vœux est un moment symbolique de partage de nos préoccupations, de nos espoirs et de nos visions pour la consolidation d’une coopération féconde et porteuse de progrès.

Le Burkina Faso se félicite des progrès enregistrés dans le domaine des infrastructures de base, la valorisation du capital humain, le renforcement des performances de l’administration publique, l’amélioration de la gouvernance et de l’environnement des affaires, la réduction des disparités liées au genre, la promotion des technologies de l’information et de la communication.

Ces acquis significatifs sont le fruit de l’ardeur au travail des fils et filles du Burkina et aussi de l’efficacité de l’accompagnement que nos partenaires au développement, les pays frères et amis, les organisations internationales, régionales et sous-régionales nous ont apporté.

Aussi, je saisis cette occasion solennelle pour vous témoigner l’amitié sincère du peuple burkinabè et vous renouveler ma profonde gratitude.

Mesdames, Messieurs ;

L’année écoulée a été marquée dans sa première moitié par des mouvements sociaux éprouvants pour l’ensemble des communautés vivant au Burkina Faso.

Ces événements ont relativement perturbé le déroulement des activités de coopération, du fait de la destruction d’équipements de travail de certains d’entre vous, et des redéploiements de ressources humaines qui en ont souvent découlé.


Je salue la hauteur de vue et l’esprit de solidarité dont vous avez fait preuve à ces moments difficiles, ainsi que l’appréciation positive des différents cadres d’écoute et de concertations instaurés afin de promouvoir le dialogue social.

Les conclusions issues des débats inclusifs menés lors des Assises nationales seront mises en œuvre afin de renforcer la démocratie, d’impulser l’essor économique et d’assurer des opportunités plus larges d’emplois.

Mesdames, Messieurs ;

Un des défis majeurs pour le continent africain est l’instauration de la paix et de la sécurité, principaux déterminants de l’accélération du processus d’intégration et de l’accroissement de la performance de nos économies.

A ce titre, le Burkina Faso a apporté, sous l’égide des Nations Unies, de l’Union Africaine et des institutions régionales, sa contribution à la restauration de la stabilité et de la sécurité en République de Côte d’Ivoire, en Guinée, au Soudan et poursuivra la médiation en Afrique, dans un esprit d’ouverture et de coexistence pacifique.

Je salue la remise du prix Nobel de la paix 2011 à trois femmes dont deux africaines, Madame Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Libéria et sa compatriote Madame Leymah Gbowee, qui traduit une grande reconnaissance du rôle actif des femmes dans la construction d’un monde de paix et de solidarité.

Au regard des nouvelles menaces qui pèsent sur notre région j’apprécie la détermination de l’Union Européenne, des autres partenaires bilatéraux et multilatéraux, à soutenir la lutte contre les attaques terroristes, la prolifération des armes et le trafic des stupéfiants sources de criminalité dans la zone sahélo-saharienne.

Mesdames, Messieurs ;

L’évolution positive observée dans la résolution de la question palestinienne ouvre une perspective stimulante pour la restauration de la paix, et conforte notre espoir d’une issue heureuse de cette longue crise.

Le Burkina Faso réaffirme son attachement à la voie du dialogue politique pour le règlement définitif de ce conflit et la réalisation de l’idéal de deux Etats, vivant côte-à-côte dans des frontières sûres et mutuellement reconnues.
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques ;

Mesdames, Messieurs ;

Au cours de l’année 2011, des soubresauts ont marqué la vie de nombreuses nations, notamment sur le continent africain.

Ces mouvements expriment au niveau politique, les aspirations des peuples à plus de liberté et de démocratie et traduisent sur les plans économique et social, une relative perte de confiance en un modèle économique inéquitable et dominant, peu favorable à leur épanouissement intégral.

C’est pourquoi, nous devons ensemble intensifier la réflexion au sein des instances internationales en vue d’établir une nouvelle gouvernance économique mondiale plus inclusive, plus juste et porteuse d’espérance d’un développent humain durable pour tous.

Mesdames, Messieurs ;

Les aléas climatiques survenus en 2011, ont ouvert dans nombre de régions dont l’espace soudano-sahélien, la menace d’une crise alimentaire.

Au-delà du mouvement d’assistance et de solidarité initié en direction des populations affectées par le Gouvernement burkinabè avec le soutien des partenaires, il est indispensable d’envisager une approche globale combinant des solutions scientifiques et techniques pour relever le défi d’une production agricole excédentaire et résoudre efficacement la question de la faim, de la malnutrition et de la sous alimentation.

Le Burkina Faso s’investit dans ce sens à travers la mise en œuvre de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable dont une des composantes majeures est la construction des pôles à même d’impulser l’émergence.

Je saisis cette occasion pour convier l’ensemble de nos partenaires et investisseurs du secteur privé international, aux tables rondes de bailleurs de fonds qui seront organisées par notre pays au cours du premier trimestre de l’année 2012.

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;

Mesdames, Messieurs ;

La communauté de destin des peuples s’affirme avec acuité et commande aux dirigeants et à leurs représentants d’assumer pleinement leurs responsabilités dans l’établissement de liens solides et enrichissants entre les sociétés.

Notre devoir envers les générations futures appelle une harmonisation judicieuse de nos actions pour un partenariat international respectueux des principes d’égalité et d’équité.

Je renouvelle aux Souverains, aux Chefs d’Etat et de Gouvernement, aux Dirigeants des institutions et organisations que vous représentez, mes sincères remerciements pour l’amitié et la solidarité constamment manifestées à l’endroit du Burkina Faso et vous réitère ma reconnaissance pour votre disponibilité à nous accompagner dans nos efforts d’édification d’une société de paix, de progrès et de justice.

Bonne et heureuse année 2012 à toutes et à tous.



Claude Sérillon,
Journaliste

« Retour à Ouaga. Je reprends des habitudes : l'hôtel, les amis, les invités de Rideau Rouge que je retrouve ... le Président détendu, officiel et puis le soir en sa résidence face à un orchestre de djembés magnifiques... Sous la chaleur de la nuit du Faso le plus étrange est sans doute le calme et les tempêtes : le calme qui préside aux rencontres...
Lire la suite

Dominique Richard,
Député de Maine-et-Loire, Conseiller Régional des Pays de la Loire

« Le Burkina est, parmi les pays de la région, tout à fait particulier : il a toutes les raisons de se lamenter sur la multiplication des handicaps et des difficultés : absence de ressources naturelles, accès insécurisé à la mer du fait des situations togolaises et ivoiriennes, pression des Etats Unis sur le prix du coton, avancée du Sahel...
Lire la suite

Béchir Ben Yahmed,
Jeune Afrique l'Intelligent

« Si l'argent suffisait pour enclencher le développement, ou l'accélérer, les pays producteurs de pétrole, qui en disposent à profusion, se seraient développés plus vite que les autres. Or, les exemples du Nigeria, de la Libye et de bien d'autres pays « enrichis » par « l'or noir » prouvent le contraire. Comparons, par ailleurs, le Burkina, pauvre ...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00