ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

NOUVEL AN 2012


Ouagadougou, le 31 décembre 2011


Peuple du Burkina Faso ;
Concitoyennes, concitoyens ;

En cette aube de l’année 2012, j’adresse à toutes et à tous mes vœux de bonheur, de santé et de prospérité.
J’exprime ma solidarité à tous nos compatriotes, à nos frères et sœurs de pays amis vivant parmi nous et affligés par la maladie ou les difficultés de la vie.
Je salue la disponibilité de l’ensemble des citoyens à s’investir pleinement pour un meilleur devenir de notre patrie commune, et traduis la reconnaissance de la nation aux nombreux amis et partenaires du Burkina Faso qui contribuent à la transformation de notre société.
L’année qui s’achève a été marquée dans notre pays par une crise sociale, confirmant que l’évolution des nations est toujours ponctuée d’épreuves.
L’analyse de ces événements doit conduire à une prise de conscience sur la nécessité de préserver les valeurs fondamentales qui éclairent le chemin de notre marche vers une démocratie fortifiée.
Aussi, j’apprécie la mobilisation soutenue des partis politiques, des autorités coutumières et religieuses, des organisations de la société civile, des forces de défense et de sécurité dans l’expression qualitative du dialogue social.
J’invite les fils et filles du Burkina Faso, attachés à l’héritage de dignité, de fraternité, de solidarité et de patriotisme, à se donner les moyens de surmonter les difficultés qui apparaitront nécessairement sur le chemin de l’édification d’une nation que nous voulons stable, prospère et respectée sur la scène internationale.
La sagesse de notre peuple et son sens de la pondération ont toujours fait triompher la retenue et le consensus dynamique à chaque fois que l’harmonie sociale a été menacée.

A cet égard, les concertations entamées avec les différentes couches de la société ont permis de prendre davantage la mesure des attentes de l’ensemble des Burkinabè ainsi que les dysfonctionnements de la gouvernance politique, économique et sociale.
Elles ont été une des sources d’inspiration pour les changements déjà opérés au niveau de la haute administration civile et militaire en vue de répondre aux enjeux de promotion de la culture managériale et de résultat, du professionnalisme et de l'éthique, de l’excellence et de l’intégrité, vecteurs essentiels pour l’enracinement des bonnes pratiques et la mise en œuvre réussie des réformes institutionnelles.
La fragilisation de l’économie mondiale consécutive à la crise financière, impose aux Etats africains soumis à un ordre économique inéquitable, des efforts soutenus pour faire face aux sollicitations pressantes des peuples.
Les revendications catégorielles nées de cette conjoncture compromettent souvent les acquis réalisés sur la base des sacrifices consentis par les populations, démultipliant ainsi les défis du développement.
Au delà des initiatives fortes prises par le Gouvernement pour la préservation de la paix sociale, des réalisations majeures de mon programme d’édification d’un Burkina émergent ont été accomplies.
A ce titre, des résultats importants sont à relever dans le renforcement des systèmes de santé, l’amélioration de l’offre et la qualité de l’éducation, la promotion de l’enseignement technique et professionnel, l’élargissement des facteurs directs de croissance, l’élévation du dynamisme des communes rurales et urbaines.
Aussi, je rends hommage à toutes les couches socioprofessionnelles, aux ONG, aux partenaires techniques et financiers, dont les actions conjuguées ont valu au Burkina Faso d’enregistrer des performances économiques appréciables dans un environnement difficile.
Le maintien et l’amplification de cette dynamique ont permis une résolution notable des préoccupations sociales, à travers notamment un relèvement des salaires, des aménagements indemnitaires et un soutien à la prise en charge sanitaire des personnes du troisième âge.
Les fruits récoltés de notre engagement au service du Burkina Faso en termes de raffermissement de la démocratie, d’acquis socioéconomiques, culturels et sportifs, constituent une réelle source d’encouragement et de stimulation pour la poursuite de l’œuvre collective de construction de la nation.
Ainsi, outre les nombreux chantiers en voie d’achèvement, la mise en service progressive de l’hôpital de référence de Ouagadougou offrira aux populations un des plateaux sanitaires les plus modernes de notre sous-région.
L’année 2011 a également connu l’ouverture de l’Université de Dédougou qui accroit les possibilités d’accueil au niveau de l’enseignement supérieur.
Par ailleurs, la connexion de nouvelles localités au réseau de la Société nationale d’électricité du Burkina sera poursuivie car la vulgarisation de l’énergie électrique représente une dimension importante de l’émergence, en tant que vecteur de promotion des Petites et Moyennes Entreprises et de consolidation de la sécurité humaine.
L’enclavement du territoire national nous commande de travailler à l’amélioration continue des conditions de transport, d’accroître l’accessibilité du littoral maritime et de diversifier les bases de nos partenariats.
De même, l’ambition de faire du Burkina Faso, un pays de services, une destination privilégiée pour le tourisme et les affaires, appelle la mise en place d’infrastructures de communication viables et efficaces.
Les perspectives de développement des technologies de l’information et de la communication, le bouclage des financements du projet du nouvel aéroport de Donsin, la revitalisation de l’axe Ouagadougou-Yamoussoukro-Abidjan répondent à cet enjeu majeur et traduisent aussi, notre ferme volonté d’impulser la dynamique d’intégration sous-régionale.
La stabilité du continent africain est essentielle pour la concrétisation de cette vision.
C’est pourquoi, le Burkina Faso est resté fidèle à son engagement en Afrique de l’ouest et au Darfour, en contribuant sous l’égide du Système des Nations Unies à la sauvegarde de la paix.
L’année 2012 consacrera la réalisation de nos ambitions de progrès prenant en compte les questions transversales prioritaires, par la mise en œuvre de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable.
Cet important référentiel, qui s’inspire de la vision prospective « Burkina 2025 » constitue un levier fondamental pour remporter le pari de l’émergence.
L’année qui s’ouvre connaîtra également des avancées dans la création des pôles de croissance, notamment ceux de Bagré, du Sourou et de Samandéni, symboles de notre perception d’un secteur agropastoral intégré, sécurisé et hautement productif.
L’arrêt précoce des pluies a rompu le cycle des excédents céréaliers dans notre pays.
Pour assurer l’approvisionnement des régions déficitaires en denrées alimentaires, des mesures adéquates ont été prises par le Gouvernement.
Ces déficits récurrents renforcent notre détermination à intensifier nos efforts de promotion d’une agriculture moderne, capable d’assurer la sécurité alimentaire et de favoriser la création d’unités de transformation.
La participation accrue et enthousiaste de la jeunesse aux chantiers de développement, est un gage certain pour façonner avec sérénité notre destin commun.
C’est pourquoi, il nous importe d’assumer notre responsabilité dans leur éducation, leur formation professionnelle et d’organiser des cadres de partage d’expériences articulés autour des personnes du troisième âge, qui incarnent nos valeurs humaines et sociales les plus élevées.
Les luttes menées par les femmes pour plus de participation aux sphères de décision et d’autonomie dans le domaine économique nous interpellent à agir avec elles pour leur plein épanouissement.
Dans ce même ordre d’idée, notre mobilisation devra rester forte pour gagner la bataille de la réduction de la mortalité infantile et maternelle.
La démocratie relève d’un mouvement permanent des hommes et des femmes vers plus de droits et de liberté, de gestion vertueuse de la cité et d’affirmation de leurs aspirations légitimes.
De ce point de vue, elle implique une profonde appropriation de la notion de responsabilité et d’engagement dans la consolidation du pacte social régissant notre volonté de vivre ensemble.
C’est pourquoi, l’année nouvelle m’offre l’occasion de saluer les nombreux mérites, ainsi que la capacité de notre peuple et des communautés étrangères vivant au Burkina Faso, à apprécier le parcours réalisé dans l’édification d’un Etat de droit stable, garant des libertés et de la justice sociale.
Au seuil du nouvel an, je réitère mon attachement à la promotion du dialogue, de la paix et à l’aboutissement des efforts de la communauté internationale dans la construction d’une humanité solidaire.
Je forme des vœux profonds pour le retour de la concorde, de la tolérance et de la compréhension mutuelle au sein des nations en proie à la violence.
J’appelle l’ensemble des burkinabè, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur, à toujours œuvrer dans le sens de l’intérêt supérieur de notre chère patrie et renouvelle à toutes et à tous, mes vœux sincères de santé, de bonheur et de progrès.
Bonne et heureuse année 2012 !



Le Burkina Faso vu par...
Sari Suomalainen , Représentante de l'Union Européenne

En poste depuis trois ans au Burkina Faso, Madame Suomalainen, Chef de la Délégation de la Commission Européenne, s'est confiée au quotidien Sidwaya.
Au cours de ce long entretien la représentante de l'Union Européenne s'est exprimée sur les divers aspects de la vie économique, sociale et politique au Burkina Faso, sans langue de bois.
Lire la suite

François-Bernard Mâche,
Membre de l'Institut

« Quelques impressions d'un visiteur au Burkina Faso. Il est des signes qui ne trompent pas dès le premier regard sur un pays. Je ne connaissais pas le Burkina Faso ni l'Afrique noire en général, mais ce que j'ai vu en neuf jours, si partiel que ce soit, me paraît révélateur. Et certaines choses que je n'ai pas vues, malgré mes attentes un peu naïv...
Lire la suite

Claudine Joseph,
Secrétaire Générale des Etats Généraux de la Culture

"C'est la quatrième fois que je me rends au Burkina Faso avec toujours le même plaisir de constater et de partager avec son Président Blaise Compaoré combien la culture est essentielle pour le développement de son pays. Tout d'abord le cinéma, une référence sur le Continent Africain avec le FESPACO devenu un pôle cinématographique mondial. J'ai as...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00