ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Forum national des jeunes à Dori


MOT INTRODUCTIF DU PRESIDENT DU FASO A L’OCCASION DU 10ème FORUM NATIONAL DES JEUNES

Dori, le 3 décembre 2011

Jeunesse scolaire et estudiantine, Jeunesse du monde rural et des cités urbaines, Distingués Invités, Mesdames, Messieurs, Populations du Sahel ;

Notre session de ce jour se tient au sortir d’une saison d’hivernage où une pluviométrie déficiente ouvre pour le Burkina en général et le Sahel en particulier, une période de difficultés relatives sur le plan alimentaire.

Je voudrais en cette circonstance saluer les populations laborieuses de la Région du Sahel pour le courage et l’ardeur au travail dont elles ont toujours fait preuve devant la rigueur de la nature, et pour la foi inébranlable qu’elles ont en l’avenir de ce vaste espace.

Nous partageons cette foi car la Région du Sahel possède un énorme potentiel aussi bien en ressources minières que dans le secteur de l’élevage. Elle s’affirme comme un des grands pôles de croissance qui déterminera la trajectoire économique de notre pays.

Je voudrais rassurer les habitats des provinces du Soum, de l’Oudalan, du Séno et du Yagha qu’un vaste mouvement de soutien et de solidarité du Gouvernement et du peuple burkinabè tout entier se met en place pour réduire l’impact de ce déficit pluviométrique sur leur bien-être.

La sixième édition du forum des jeunes est un cadre privilégié d’échanges directs et de concertations, pour mieux appréhender les préoccupations de la jeunesse dont la résolution a toujours été au premier rang de mes priorités.

La tenue régulière de cette grande plate forme d’écoute et de partage d’idées, s’est solidement établie dans mon agenda politique et traduit mon attachement à l’enracinement continu de la culture du dialogue et du débat constructif dans notre pays.
C’est pourquoi je suis très attentif à l’élargissement et à l’élévation de la qualité des espaces de dialogue avec notre jeunesse.

Dans cette ordre d’idée et tirant les enseignements de l’histoire récente de notre, je vous invite à explorer ensemble les pistes pour améliorer et renforcer les cadres et les modalités d’expression de notre jeunesse.

Cette réflexion devra être menée dans un sens plus interactif avec les responsables de l’Etat et suivant les voies qui écartent la violence, les destructions des biens publics et privés, respectent les libertés et les principes républicains.

Il nous revient alors d’ouvrir la perspective de création de nouveaux relais d’opinions de la jeunesse, plus systématiques dans leur action, et de mettre en œuvre des canaux de communication plus fluides, plus conviviaux en exploitant notamment les larges possibilités offertes par les nouvelles technologies.

Dans la conjoncture difficile que traverse l’économie mondiale, nous devons veiller à consolider les acquis enregistrés dans tous les domaines et surtout à conforter et amplifier le dynamisme des facteurs de développement internes.

A cet égard, accélérer l’autonomisation des jeunes pour relever le défi du développement durable, est une composante forte de la marche de notre pays vers l’émergence.

Cette autonomisation se décline en termes de mise en œuvre de politiques et de mécanismes de création d’emplois sûrs, décents et compétitifs, et en termes d’éducation et de formation professionnelle en adéquation avec le marché du travail et les exigences de la promotion des filières porteuses.

Pour répondre efficacement à ce triptyque éducation-formation-emploi, le Gouvernement s’attèle à :
- la conception d'une école en phase avec son environnement, ouverte sur le monde extérieur et fondée sur des référentiels de compétences incluant la stimulation de l’esprit entrepreneurial ;
- l’orientation de l’enseignement supérieur vers les filières professionnalisantes ;
- l’alphabétisation du milieu rural au développement des compétences techniques et professionnelles à travers un système de formation structuré, pertinent et fiable.

Le Programme Spécial de Création d’Emplois que le Gouvernement vient d’adopter participe à l’accélération de l’autonomisation de la jeunesse et vise :
- la création d’emplois pour les jeunes ruraux, les diplômés et les jeunes déscolarisés,
- l’accroissement des capacités des Petites et Moyennes Entreprises qui sont le socle de l’insertion socio-économique des jeunes,
- le développement des compétences, le renforcement du tissu économique et la résorption de manière significative du chômage et du sous-emploi.

L’aboutissement de ces actions requiert la mobilisation de la jeunesse ainsi que le soutien des associations, des ONG, des communautés coutumières et religieuses, des partenaires techniques et financiers.

Je saisis cette occasion pour réitérer à l’ensemble de ces acteurs la reconnaissance de la nation burkinabè.

Je salue la présence à ce forum des délégations venues du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Niger et de la Guinée-Bissau.

Je voudrais particulièrement relever et saluer l’inscription dans ce Programme d’une composante majeure qui ambitionne d’assurer à très moyen terme l’autonomisation économique des femmes et jeunes filles à travers d’une part, la dotation en technologies de production et de transformation de 3.510 groupements féminins et d’autre part, le renforcement du Programme National de Plateformes Multifonctionnelles.

Il s’agit de l’amplification décisive d’une dynamique déjà engagée pour permettre aux femmes de s’épanouir pleinement et de jouer demain plus qu’hier, leur partition dans le processus d’émergence de notre pays.
Pour l’année 2012 qui s’annonce, le Gouvernement consacrera dix milliards de francs CFA pour la réalisation de ce Programme Spécial. Cet élan sera maintenu tout au long des trois années à venir pour l’atteinte de nos projections en matière de promotion des emplois.

Le développement des secteurs identifiés pour servir de leviers à la croissance économique, vous incombe en votre qualité de forces vives, pleines d’imagination et de créativité.
Je vous invite donc à saisir les opportunités nouvelles qui seront offertes pour vous lancer avec détermination dans la production et vous exhorte à renforcer l’esprit de citoyenneté, de respect des principes républicains, qui constituent des bases essentielles pour l’édification d’une société burkinabè de prospérité et de solidarité.
Je salue votre dynamisme, votre patriotisme, votre confiance en l’avenir ainsi que vos pertinentes analyses et propositions qui font de vous des acteurs clés de l’édification du Burkina émergent auquel nous aspirons tous.

J’ai foi en vous, jeunes du Burkina Faso.



Le Président de la banque Mondiale, Monsieur Jim Yong Kim,

qui a déclaré : « Je veux faire du Burkina Faso, un modèle de réussite de ma politique d’éradication de l’extrême pauvreté et de prospérité partagée. Le Burkina Faso est un modèle de réussite politique, de celle que je veux imprimer à la Banque Mondiale... » Washington le 13 octobre 2013
Lire la suite
Reporters Sans Frontières 2013,
qui classe le « Pays des Hommes Intègres » à la 46ème place sur 179 pays !
Une remontée dans le classement de 22 places entre 2012 et 2013.
Le Burkina Faso est donc le 6ème pays d’Afrique qui respecte le mieux la Liberté de la Presse et donc celle d’expression.
A titre indicatif, la France est en 37ème position, les USA en 3...
Lire la suite
La BAD (Banque Africaine de Développement) et le FMI (Fond Monétaire International)…

LE BURKINA MEILLEUR GESTIONNAIRE DES FINANCES PUBLIQUES EN AFRIQUE !

La Banque Africaine de Développement et le Fond Monétaire International viennent de classer, dans leurs rapports annuels 2012/2013, le Burkina Faso comme le meilleur gestionnaire des finances publiques du continent africain !

Les chiffres indiquent un...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00