ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Investiture 2010


Discours de Blaise Compaoré à l'occasion de son investiture

Ouagadougou, le 20 décembre 2010




Excellences Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;
Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel ;
Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions ;
Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs ;

En ces instants solennels de la vie démocratique de notre pays, je voudrais avant tout, exprimer ma gratitude aux Chefs d’Etat et de Gouvernement dont la présence fraternelle et amicale parmi nous honore le peuple burkinabè.

Je suis particulièrement sensible à cette marque de solidarité et réitère l’engagement du Burkina Faso à promouvoir une coopération dynamique et exemplaire entre nos Etats.

J’exprime ma reconnaissance aux membres du corps diplomatique, aux représentants des organisations internationales et interafricaines, aux partenaires techniques et financiers ainsi qu’aux différentes délégations pour la sympathie et le soutien qu’ils nous témoignent en prenant part à cette cérémonie.

Le 21 novembre 2010, le peuple Burkinabè a réaffirmé son profond attachement aux valeurs fondamentales de la démocratie, en exerçant son droit souverain de choisir son Chef d’Etat, dans la sérénité et le respect des principes républicains.

La pluralité des candidatures, la richesse et la diversité du débat d’opinions ainsi que la saine confrontation des idées qui ont marqué la période électorale, traduisent la grande maturité et le niveau de perfectionnement atteint par notre processus démocratique.

Je renouvelle mes remerciements aux partis politiques et associations qui ont porté ma candidature et contribué fortement à mon élection à la Magistrature suprême de notre pays, à l’issue d’un scrutin ouvert, libre et transparent.

J’adresse mes félicitations aux différents acteurs de la vie politique, aux organisations de la société civile et à toutes les forces vives de la nation dont la ferme adhésion aux principes universels de démocratie, le sens élevé de la responsabilité et du devoir citoyen ont conforté notre système de gouvernance.

Je rends hommage aux institutions en charge de la régulation et du contentieux électoral qui ont accompli avec dévouement, en toute indépendance et transparence, leurs missions de veille et de contrôle.

La présente cérémonie d’investiture qui se déroule au moment où, tous à l’unisson, nous venons de nous souvenir du chemin parcouru par le peuple burkinabè pour édifier une nation forte et bâtir une économie prospère, restera un repère significatif dans l’histoire politique de notre pays.

En portant son choix sur mon projet de société, le peuple burkinabè a décidé de s’engager avec moi afin de bâtir dans la foi, la confiance et l’espoir, un avenir meilleur pour notre patrie.

Prenant la pleine mesure de la volonté de mes concitoyens, je conduirai mon agenda politique sous l’éclairage de leurs pertinentes propositions, qui sont porteuses d’enjeux et de défis en termes d’actions de développement, de réformes institutionnelles et politiques.

Les attentes légitimes que vous avez formulées et qui s’articulent principalement autour de la consolidation des acquis, du renforcement des capacités des jeunes et des femmes ainsi que de la densification du tissu économique, appellent des réponses impératives, rassurantes et efficaces.

Elles nous interpellent sur le besoin d’accroissement de la sécurité humaine et la poursuite de l’investissement dans le domaine des infrastructures socioéconomiques, d’élargissement des opportunités de création de richesses et de multiplication des espaces de concertation avec toutes les composantes socioprofessionnelles de notre peuple.
C’est pourquoi, au cours des cinq prochaines années, mon action reposera sur l’engagement individuel et collectif autour des questions majeures de consolidation de l’investissement humain, de développement des institutions et de renforcement de la bonne gouvernance, de promotion des leviers de l’émergence et d’instauration de nouvelles dynamiques pour l’économie.

Ainsi, dans le domaine de la croissance, la période qui s’annonce verra notre pays ouvrir les nouvelles frontières de développement qui caractérisent les pays émergents, et s’insérer plus avantageusement dans l’économie mondialisée.

Pour ce faire, et au delà de la consolidation des pré-requis de l’émergence que sont l’investissement dans la santé, l’éducation, la formation professionnelle et la gouvernance, des politiques ambitieuses d’impulsion de la croissance et d’accélération de la diversification de notre base productive seront mises en œuvre afin de réduire la fragilité et la vulnérabilité de notre économie aux chocs endogènes et exogènes.

Dans ce sens et sur la base d’une stratégie de développement prioritaire des secteurs à fort potentiel d’exportation et de valeur ajoutée, un dynamisme accru sera insufflé aux activités minières et agropastorales.

Il sera également conduit la création et le développement de
pôles de croissance en tant que mode d’organisation intégré de la production de biens et services, et pierre angulaire de l’aménagement équilibré du territoire national.

Enfin, des programmes soutenus d’équipements et d’infrastructures seront entrepris en vue de relever le défi de l’énergie, facteur premier de l’impulsion de la croissance et de gagner le pari du désenclavement ainsi que celui de l’adaptation aux changements climatiques dont les effets contraignent de plus en plus fortement notre développement.

Le programme du prochain quinquennat décline en actions concrètes, l’esprit du projet de société de prospérité et de solidarité à laquelle notre peuple aspire.

Il est un pari pour le bien-être, un pari pour le renforcement de l’égalité et de l’effectivité des droits de la femme, un pari pour l’épanouissement de la jeunesse, de l’enfance et des personnes du 3ème âge.

Dans une conjoncture internationale complexe, le Burkina Faso a su résister aux contraintes de l’économie globalisée pour réaliser des avancées significatives en termes d’amélioration des conditions de vie des populations.
Mon ambition est de renforcer cette dynamique en mettant en place, à travers des réformes structurelles pertinentes et des institutions de promotion performantes, un cadre favorable aux initiatives et à la stimulation des investissements privés en général, et des investissements étrangers directs en particulier.

A cet égard, la cohésion et la solidarité nationales que nous devons continuer de préserver, constituent des atouts majeurs et des indicateurs rassurants que le Burkina Faso se construit dans la paix et la sérénité.

Aussi, je salue les autorités religieuses et coutumières qui ont toujours accompagné de leurs prières ferventes, notre volonté de consolider l’unité et la paix sociale.

La commémoration du 50ème anniversaire de l’accession de notre pays à l’indépendance nous a donné l’occasion de tirer de riches enseignements de notre parcours durant le cinquantenaire écoulé.

Le nouveau contrat de confiance qui nous lie, ouvre le chemin pour un autre demi-siècle d’élévation de notre nation qui doit s’opérer par la consolidation, la modernisation de nos outils de gouvernance et l’élargissement des canaux de l’exercice du pouvoir.

La concrétisation de ce grand dessein nous commande d’engager avec optimisme, la bataille de l’excellence dans tous les domaines, de concilier les initiatives individuelles créatrices et les ambitions collectives.

J’ai la profonde conviction que la participation et l’engagement de chaque membre de la communauté nationale sont le gage de la réussite de nos actions et de la réalisation des ambitions de notre pays.

C’est pourquoi j’exhorte toutes les composantes de la nation à l’action unitaire.

Je ferai appel aux forces sociales d’avant garde qui ont constamment soutenu mon œuvre de transformation de la société burkinabè.

Je m’appuierai en outre, sur la disponibilité de toutes les composantes de notre société qui recèlent de compétences, d’expertises et d’engagement.

J’apprécie la solidarité forte et profondément cordiale des amis du Burkina Faso qui se sont associés à nous en ce jour historique, et leur exprime toute ma reconnaissance.

En renouvelant à toutes et à tous ma gratitude pour votre adhésion massive au projet de société que je vous ai soumis, je vous invite à une mobilisation permanente et à la persévérance dans le travail productif afin d’accélérer l’édification d’un Burkina Faso émergent et rayonnant.
Je vous remercie.



Le Professeur Ali Smaoui
Gafsa - Tunisie

« Le Burkina Faso, ce pays enclavé et réputé très pauvre économiquement, est assurément l'un des plus charmants et attachants sur le plan humain. La cordialité, l'hospitalité et les sourires spontanés des burkinabè valent en eux mêmes un trésor inestimable. Ce sont des gens travailleurs, optimistes et fiers de leur pays.
J'ai eu la chance d...
Lire la suite

Le CIAN (Conseil des Investisseurs en Afrique Noire)

Selon le CIAN les piliers de l’économie burkinabè restent et demeurent les télécommunications, la sécurité, le secteur bancaire ainsi que sa légendaire qualité de main d’oeuvre. Deux points faibles en revanche, le coût de l’énergie et l’importance du secteur informel (pourtant considérablement réduit ces dernières années). <...
Lire la suite

Pierre Protar
Ancien Ambassadeur de la Communauté Européenne

« Le Burkina Faso : un exemple de volontarisme et de bonne gouvernance Voilà un pays qui reste déterminé à avancer sur la voie difficile du développement. A cet égard, les exemples sont nombreux, éloquents, les chantiers se multiplient, notamment en vue de diversifier l'économie burkinabè dont la dépendance à l'égard du coton présente des risques p...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00