ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Sur le travail décent


Ouagadougou, le 1er décembre 2009

Discours de Blaise Compaoré lors du colloque africain sur le travail décent

Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal ;
Excellence Monsieur Faure GNASSINGBE, Président de la République Togolaise ;
Monsieur Robert Nkili, Président de la Commission du travail et des affaires sociales de l’Union Africaine ;
Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs de Missions diplomatiques ;
Mesdames et Messieurs les représentants des organisations internationales et interafricaines ;
Monsieur le Directeur régional de l’Organisation internationale du Travail pour l’Afrique ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations d’Employeurs et de Travailleurs ;
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs ;

J’exprime ma gratitude à Leurs Excellences Monsieur le Président Abdoulaye Wade et Monsieur le Président Faure Gnassingbé dont la présence à Ouagadougou traduit leur ferme attachement à la résolution des questions liées à l’emploi en Afrique.

Je félicite Monsieur Juan Somavia, Directeur général du Bureau international du travail et son équipe, pour avoir conduit avec beaucoup de clairvoyance et de convictions, l’élaboration du Pacte mondial pour l’emploi, document avant-gardiste de riposte aux impacts de la crise économique.

J’adresse les chaleureuses salutations du peuple burkinabè à l’ensemble des délégations venues prendre part à ce premier colloque africain sur le travail décent.

La participation effective des institutions et Gouvernements africains, des représentants des organisations d’employeurs et de travailleurs, témoigne de l'engagement de notre continent pour le pacte mondial et s’interprète comme un appel à l’action concertée pour l’instauration d’une mondialisation équitable.
Il s’agit pour l’Afrique de relever le défi du développement à travers des politiques économiques équilibrées, à même d’assurer la promotion de l’investissement, l’emploi et la protection sociale.

Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Il ya cinq ans, la ville de Ouagadougou abritait le premier sommet extraordinaire de l’Union africaine sur l’emploi et la lutte contre la pauvreté.

Cette rencontre avait abouti à l’adoption unanime d’une déclaration, d’un plan d'action et d’un mécanisme de suivi.

Déjà en 2004, le continent africain avait une juste appréciation de la relation entre la réduction de la pauvreté et l’adoption de stratégies privilégiant l'emploi dans les politiques de développement économique et social.

Cependant, la crise économique et financière qui a affecté les cours de nos matières premières, les revenus touristiques, le transfert des fonds des migrants en direction de nos pays, l’investissement direct étranger et l’aide extérieure, s’est traduite par une accentuation du chômage dans nos Etats.

Au Burkina Faso, nous ressentons particulièrement les effets de cette récession mondiale avec des estimations d’un taux de croissance du Produit Intérieur Brut de 3% en 2009 contre 5% en 2008 et une baisse des recettes publiques induisant un déficit des finances publiques y compris l’aide extérieure, de l’ordre de 5,3% du Produit Intérieur Brut en 2009, contre 4% en 2008.

Dans ce contexte, le Gouvernement a adopté des mesures et réformes vigoureuses de soutien au secteur privé à travers notamment, une politique nationale de l’emploi élaborée grâce à l’assistance technique et financière du Bureau international du travail.

La révision du code du travail et l’adoption de textes régissant la sécurité sociale participent de notre volonté de stimuler le marché du travail et de promouvoir l’emploi dans notre pays.

Le Conseil présidentiel pour l’investissement dont la première session s’est tenue les 5 et 6 novembre dernier, a ouvert de nouvelles opportunités de développement dans un environnement en pleine mutation.

En outre, la mise en place d’une assurance maladie garantira la réalisation du bien-être de l’ensemble de la population.

Excellences Messieurs les Chefs d’Etat ;
Mesdames, Messieurs ;

La crise doit constituer une opportunité pour envisager la relance de l’emploi et le progrès économique par le raffermissement du dialogue social, la consolidation de l’intégration régionale, la diversification de nos productions et le renforcement des unités de transformation de nos matières premières.
La tenue de ce colloque sur le thème “Surmonter la crise : la mise en œuvre du Pacte mondial pour l’emploi en Afrique” s'inscrit dans cette perspective de recherche de réponses urgentes et de programmes d'actions innovants.
Elle traduit la volonté du Burkina Faso d’accompagner la création d’un cadre de concertation entre Gouvernements, employeurs, travailleurs et partenaires au développement, afin d’élaborer une feuille de route qui soit une expression suffisamment forte de l’engagement des africains dans la mise en œuvre du Pacte mondial pour l’emploi.

Cet instrument mondial adopté à la 98ème conférence internationale du travail suggère la mise en œuvre des projets destinés à soutenir les petites et moyennes entreprises, à promouvoir les investissements dans les secteurs à forte intensité d’emploi, à renforcer les systèmes de protection sociale et à consolider les compétences des travailleurs.

A ce titre, son application est indispensable pour résorber le chômage et le sous emploi dans notre continent, particulièrement ceux concernant les jeunes et les femmes.
Il est urgent de partager nos expériences et de conjuguer nos efforts afin d’élaborer des politiques et programmes fondés sur la quête d’une mondialisation équitable, la protection des économies vulnérables aux chocs externes et le respect de l’environnement.
Il nous importe d’œuvrer pour un développement capable de générer davantage d’emplois et d’entreprises durables, respectueux des droits des travailleurs, de l’égalité entre hommes et femmes et protégeant les personnes défavorisées.
Excellence Maître Abdoulaye WADE, Président de la République du Sénégal ;
Excellence Monsieur Faure GNASSINGBE, Président de la République Togolaise ;
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs ;
J’ai foi en notre capacité à relever le défi de la mise en œuvre de ce pacte fondé sur l’agenda du travail décent.

Dans ce sens, j’apprécie la déclaration des partenaires sociaux et les invite à enrichir nos débats par des propositions constructives.
Je souhaite que les présentes assises débouchent sur des engagements fermes et des réponses concrètes, réalistes et durables pour la résolution des questions de l’emploi et de la protection sociale en Afrique.

Sur ce, je déclare ouvert le premier colloque africain sur le travail décent.

Je vous remercie.



Frédéric Lepez, 2ème Conseiller de l’ambassade de France à Ouagadougou

Frédéric Lepez, 2ème conseiller et conseiller de presse de l’ambassade de France au Burkina Faso fait partie des diplomates français qui s’intéressent à l’Afrique, l’aiment, croient en ses possibilités d’émergence
Sur ses 18 ans de fonctionnaire du Quai d’Orsay,Frédéric Lepez en a passé au total 11 ans sur le continent noir et s’apprête à d...
Lire la suite
L’hebdomadaire français LE POINT

Le numéro 2082 daté du 9 août 2012 « L’Afrique n’est pas celle que vous croyez… » consacre un article à l’architecte Diébédo Francis Kéré et au village « Opéra » de Laongo.

« Né en 1965 au Burkina Faso, Diébédo Francis Kéré, un charpentier devenu architecte à Berlin, construit à Laongo, près de Ouagadougou, un complexe de formatio...
Lire la suite

Jean Michel Ribes
Comédien, écrivain, metteur en scène, producteur et directeur du Théâtre du Rond-Point des Champs Élysées


« Ce que je retiens de ce séjour, c’est avant tout l’accueil de Jean Guion, chaleureux, très professionnel sans jamais être rigide. Mais aussi la grande gentillesse des Burkinabè, toujours à l’é...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00