ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Afrique / UE.


Discours de Blaise Compaoré à l'occasion de la 35ème session du Conseil conjoint des ministres du groupe des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique - Union européenne.

Messieurs les Co-présidents du Conseil des Ministres du groupe Afrique Caraïbes Pacifique-Union Européenne ;
Mesdames et Messieurs les Chefs de délégation ;
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Dans un monde globalisé, une coopération internationale fondée sur un partenariat égalitaire et dynamique est nécessaire pour relever les défis politiques, économiques et socioculturels auxquels nos Etats sont confrontés.


Mesdames, Messieurs ;

Les relations privilégiées que l’Union Européenne entretient avec le groupe Afrique Caraïbes Pacifique se consolident chaque jour et le rendez-vous de Ouagadougou traduit une fois de plus, notre ferme détermination d’œuvrer pour l’avènement d’un monde de paix, résolument tourné vers le développement par la voie de la coopération et des échanges commerciaux équitables entre les Etats.

Votre présence à la 35ème session du Conseil conjoint des Ministres ACP/UE est le témoignage des excellentes relations d’amitié et de solidarité qui unissent les peuples d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique à ceux d’Europe, depuis plus de cinquante ans.

Il m’est donc agréable de vous adresser les chaleureuses salutations du peuple burkinabè et de vous exprimer ma profonde gratitude pour la grande estime faite à la région ouest africaine et à mon pays, en y abritant cette rencontre d’échanges et de concertations.

Messieurs les Co-présidents du Conseil des Ministres ACP-UE ;
Mesdames et Messieurs

Je salue l’élection du Dr. Mohamed Ibn Chambas à la tête du Secrétariat du Groupe ACP et la reconduction de Monsieur José Manuel Barroso à la présidence de la Commission de l’Union Européenne.

Je leur renouvelle, ainsi qu’à tous les nouveaux Commissaires de l’Union Européenne, particulièrement au Commissaire en charge du développement, Monsieur Andris Piebalgs, mes vives félicitations.

Je réitère mes chaleureuses félicitations à M. Herman Van Rompuy pour sa désignation au poste de Président du Conseil de l’Union Européenne, dont la création laisse augurer d’une dynamique nouvelle à notre partenariat.

Honorables délégués
Distingués invités ;
Mesdames, Messieurs ;

Au fil des ans, la convention de Yaoundé, puis celle de Lomé et enfin les Accords de Cotonou sont passés du simple arrangement commercial pour l’accès aux marchés, à un véritable partenariat de développement qui a récemment inclus, et il faut s’en féliciter, le dialogue politique.

Les importants efforts déployés par l’Union Européenne dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité ont contribué à la réduction de plusieurs foyers de tension dans les Etats ACP confrontés à des crises, au renforcement de l’Etat de droit, à l’élargissement et au respect des espaces de liberté individuelle et collective.

La démocratie à laquelle aspirent nos peuples est une quête permanente et une construction continue.

Elle exige un patient travail de concertation, des mesures pragmatiques qui s’inspirent du vécu et de la culture de chaque peuple.
Notre partenariat, pour l’avènement et le renforcement de la démocratie, doit se nourrir de nos valeurs communes et également de nos différences.

Le Burkina Faso, fidèle à sa tradition de tolérance, d’ouverture et de coexistence pacifique, contribue à la promotion de la paix et de la stabilité en Afrique et dans le monde.

Notre récente participation au Conseil de sécurité des Nations Unies et nos efforts de médiation dans les crises en Afrique, s’inscrivent dans cette optique.

Honorables délégués ;
Mesdames, Messieurs ;

La présente rencontre qui vous offrira l’occasion de signer l’Accord de Cotonou révisé, après de nombreux mois de négociation pour l’adapter aux nécessités du moment, est capitale.

Je rends un hommage mérité à la présidence espagnole de l’Union et aux groupes de négociateurs des deux parties, qui nous ont permis de parvenir à un accord consensuel.

Les pays ACP fondent beaucoup d’espoir sur les engagements réciproques contenus dans l’Accord de Cotonou, qui doit être complété par la conclusion des Accords de Partenariat Economique – APE - en cours de négociation dans la plupart des régions ACP.

Nous devons aussi avoir à l’esprit que le monde est confronté à des nouveaux défis que sont les problèmes environnementaux, les phénomènes des changements climatiques, qui nous imposent de trouver des réponses urgentes au niveau mondial.

Notre coopération, de par sa qualité et son efficacité, pourrait être étendue à ces questions et être consacrée par la signature d’un accord global, juste et équilibré en matière de lutte contre les conséquences des changements climatiques.

Messieurs les Co-présidents du Conseil ACP-UE ;
Mesdames, Messieurs ;

Je voudrais insister sur l’importante question des Accords de Partenariat Economique (APE), autour desquels nous fondons de grands espoirs.

Pour être porteurs de développement, ceux-ci doivent avant tout, permettre aux pays ACP de bâtir des économies viables et de développer des capacités de production et d’exportation, afin de tirer le maximum de profit de l’ouverture du marché Européen.

Ils doivent dans leur substance et à travers le processus qui en guide les négociations, renforcer les sous-ensembles économiques régionaux existants, cadre privilégié où se construisent ces capacités de production et l’émergence de ces pays.

C’est pourquoi il est impérieux que les accords intérimaires déjà paraphés avec certains pays pris individuellement, ne contredisent ni ne compromettent les efforts d’intégration, mais soient repris et consolidés dans les Accords globaux à l’échelle régionale.

Par ailleurs, nous nous félicitons d’observer que des avancées notables ont été enregistrées dans les négociations.
Cependant il demeure d’importantes considérations qui doivent être prises en compte, si l’on veut aboutir à des APE susceptibles d’assurer un développement harmonieux des pays ACP.
Il s’agit notamment :
- de l’adoption du principe d’engagement asymétrique en matière d’ouverture des marchés, qui permette aux pays ACP de protéger leurs marchés ainsi que leurs chances d’industrialisation ;
- de l’introduction d’une période transitoire suffisamment longue pour permettre l’adaptation progressive des économies des pays ACP au nouvel environnement commercial ;
- de la mise à la disposition d’un accompagnement financier pour faire face aux charges d’ajustement de leurs économies et de la réalisation des infrastructures nécessaires à leur accès au commerce international ;
- d’une réduction, à défaut d’une élimination totale des barrières tarifaires et non tarifaires qui freinent l’accès des marchés de l’Union Européenne aux produits en provenance des pays ACP ;

- du rétablissement d’une concurrence loyale dans les échanges commerciaux mondiaux, par la suppression des subventions, notamment agricoles, octroyées par les pays de l’Union à leurs producteurs.


Je demeure convaincu qu’un pas décisif sera franchi ici à Ouagadougou et c’est le lieu pour moi de réaffirmer mon attachement à l’insertion des pays du sud dans le circuit des échanges internationaux, en appelant à des Accords de Partenariat Economiques qui tiennent compte des réalités des économies de nos différents Etats.

C’est à ce prix que nous pourrons élargir la contribution de l’Europe et des pays ACP à l’édification d’un monde de stabilité et de prospérité.
En souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouverte la 35ème session du Conseil des Ministres ACP-UE.
Je vous remercie.



Gal Etienne Copel

Le Général Etienne Copel est président du Haut Conseil pour la Défense Civile française, une structure chargée de réfléchir à l’organisation et aux techniques en matière de sécurité globale et de défense civile pour la France. Elu municipal et régional de la région de l’Aube (Nord Est de la France), il salue les progrès accompli...
Lire la suite
LE BURKINA FASO VU PAR …
Françoise Chênebenoit – Présidente de « Femmes Avenir » - Paris

« L’arrivée à Ouagadougou est un immense plaisir. Les burkinabè sont prêts à nous aider, les femmes sur les bicyclettes portent de jolies tenues aux couleurs chatoyantes, la vie semble se passer tranquillement, les échoppes bigarrées se suivent et j’éprouve une grande joie à me promener dans la ville.
J’aime la nature au B...
Lire la suite
LE BURKINA FASO VU PAR …
Francis SAUDUBRAY
Conseiller Référendaire
Ancien Ambassadeur de France en Zambie et au Malawi

« L’étonnement et la joie que j’ai eu de retrouver un Burkina à la fois inchangé et en marche …
Inchangé, par la permanence des inoubliables paysages sahéliens, par l’animation gaie et féconde de Ouagadougou ou Bobo Dioulasso, par l’extrême gentillesse des burkinabè, même les plus humbles, par la prégnance de fi...
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00