ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

Le Burkina-Faso vu par...

LE BURKINA FASO VU PAR…
Jacques Barrat


Docteur en géographie et docteur d’État ès lettres, J. Barrat enseigne la géopolitique des médias à l’université de Paris 2-Assas. Il a été également détaché au Quai d’Orsay comme secrétaire général de l’Office franco-québécois, puis comme chef de la Mission de coopération et d’action culturelle en Roumanie où il était également directeur de l’Institut français de Bucarest. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles concernant les médias francophones. Il est également le directeur français de l’IPERMIC (Institut Panafricain d’Etude et de Recherche sur les Médias, l’Information et la Communication.

Je me suis tout d’abord intéressé au Burkina Faso comme le géographe tropicaliste que je suis et qui a du, pour des raisons professionnelles évidentes, parcourir depuis plus de quarante-cinq ans les territoires de l’Afrique francophone dans leur totalité. L’ex-Haute-Volta nous intéressait particulièrement du fait de sa diversité et de sa situation de carrefour culturel.

Ensuite mes fonctions de conseiller auprès de Pierre Messmer de 1986 à 2007 m’ont également amenées à effectuer en sa compagnie de nombreuses missions sur le continent noir. Je me rappelle encore de notre passage à Ouaga l’été 1988, lorsque Pierre Messmer avait effectué un périple dans les pays de l’UMOA dans le but de faire taire les rumeurs concernant une éventuelle dévaluation du franc CFA.

Enfin, je dois avouer que j’ai pour le Burkina Faso une attirance plus particulière parce que j’ai la chance d’y compter beaucoup d’amis.

J’ai connu le Président Compaoré grâce à Pierre Messmer qui était le président d’honneur de l’association Alliance francophone dont mon ami Jean Guion est le président. J’ai eu, dans le cadre de cette association qui m’a accueilli dans son conseil d’administration, à effectuer des séjours de travail en compagnie de collègues de l’Université française. J’ai donc rencontré à plusieurs reprises le président du Faso. C’est à lui que j’avais confié notre désir de créer l’IPERMIC (Institut Panafricain d’Etude et de Recherche sur les Médias, l’Information et la Communication). C’est chose faite. Ma fonction de directeur français de l’IPERMIC m’attache désormais plus encore au Burkina.

J’ajoute enfin que Pierre Messmer avait le Président Blaise Compaoré en très haute estime. Pour ne citer qu’un exemple il avait accepté de venir surveiller le bon déroulement des élections législatives de 1992, ce qu’il avait toujours refusé à d’autres personnalités africaines.

En tant que professeur de géopolitique (Université Panthéon-Assas Paris 2) et ancien diplomate, j’ai, je dois le dire, une admiration certaine pour l’action que le président Compaoré a menée ces dernières années. Pour moi, il est d’abord le président qui a su relancer la croissance burkinabè dans le contexte d’un pays stable, uni, et en paix, choses relativement rares hélas en Afrique. Mais bien plus encore, il est l’inventeur d’une nouvelle diplomatie africaine qui est d’autant plus dynamique qu’elle est débarrassée des vieilles lunes tiermondistes et des oripeaux du misérabilisme crypto-marxisant qui perdure encore chez certains intellectuels ou supposés tels.

Comme me l’avait confié Pierre Messmer il y a peu de temps : « Le Président Compaoré est un bon diplomate parce qu’il est pragmatique. Son bon sens de militaire lui fait aborder les problèmes conflictuels avec le réalisme qui est nécessaire à de bonnes solutions de terrain. J’ai pour lui de la sympathie et de l’admiration. »


Ségolène Royal, Présidente de l’AIRF (Association Internationale des Région Francophone),

qui a salué : « la sagesse, l’expérience, la volonté toujours renouvelée, et les ambitions du Président Blaise Compaoré de toujours faire avancer son pays, la sous-région et l’Afrique. » et d’ajouter : « Le Burkina peut compter sur moi dans sa volonté de redorer son image à l’étranger… ».
Lire la suite
Andris Piebalgs, Commissaire européen en charge du Développement

qui a rappelé : « le rôle central du Burkina Faso dans le maintien de la sécurité régionale – et le développement local » et de préciser « Dans notre revue à mi-parcours, le Burkina a reçu la note la plus élevée de tous les pays et nous pourrons augmenter l'enveloppe de la coopération à 20%, soit un montant de 100 millions d'euros… »
Lire la suite
Le Président de la banque Mondiale, Monsieur Jim Yong Kim,

qui a déclaré : « Je veux faire du Burkina Faso, un modèle de réussite de ma politique d’éradication de l’extrême pauvreté et de prospérité partagée. Le Burkina Faso est un modèle de réussite politique, de celle que je veux imprimer à la Banque Mondiale... » Washington le 13 octobre 2013
Lire la suite
ACCUEIL LE CISAB BURKINA FAS...CINANT BF.INFO ADHESION CONTACT

24 Avenue Perrichont, 75016 Paris France
Email : cisabinfo@aol.com
Tél : +33 1 42 30 78 00